2015-06-04

15/11/2012 CFO World

Back on the list of news

DOMICILIATION LUXEMBOURG: 630 MILLIONS RAPPORTES A L'ETAT CHAQUE ANNEE ! Focus sur Carlo Schlesser, Président de la LIMSA (Luxembourg International Management Services Association asbl) et Pierre Masset, Partner Corporate Finance (Deloitte) qui présentent conjointement une étude réalisée par Deloitte sur la domiciliation au Luxembourg. Nombreux sont les investisseurs qui choisissent le Luxembourg pour se domicilier. Avec 2.400 employés dans le secteur et un chiffre d’affaires global estimé à 450 millions d’euros, la domiciliation est un des piliers de la place financière luxembourgeoise. LIMSA couvre plus de la moitié du chiffres d’affaires avec 253 millions (soit 56%). Parallèlement, le secteur représente 630 millions en contributions directes et indirectes, dont 35 millions de la part des actifs dans la domiciliation. Au-delà des industries des fonds et de la gestion de fortune, l’efficacité du secteur de la domiciliation luxembourgeoise, couplée à une grande attractivité juridique de la place au sein de l’UE, a permis au Luxembourg d’attirer des acteurs de premier plan de la vie économique mondiale. De nombreuses entreprises multinationales ont ainsi choisi de s’implanter au Luxembourg pour y développer d’importantes structures. On citera notamment Amazon, PayPal ou encore Skype. L’immobilier est également concerné. La domiciliation entraine une part importante de surfaces prises par les acteurs du segment « Business Services », contribuant de ce fait à la santé financière du Grand-Duché. Une légitimité renforcée par 76% des personnes interrogées par Deloitte qui déclare refuser catégoriquement une délocalisation partielle de ses activités au Luxembourg. Non à une augmentation sur la taxe ! Alors que l’impôt de solidarité augmente et atteint 7%, la taxe de domiciliation de 1500 euros n’augmentera pas. Carlo Schlesser, Président de la LIMSA déclare : « La taxe est bien supportées par les sociétés clientes de la LIMSA, elle rapporte 50 millions d’euros par an ». La SOPARFI soulève les indignations. Afin de favoriser l’implantation et le développement de ces acteurs, le Luxembourg s’est, au fil du temps doté d’outils attractifs tels que la SOPARFI. Les services prestés pour leurs clients par les acteurs de la domiciliation seront pour la plupart soumis à une TVA très souvent non-récupérable dans le chef des structures domiciliées. Des changements qui ne sont pas au goût de tout le monde. En matière d’impôt sur la fortune (ISF), la majeure partie des recettes de l’Etat liées à cet impôt sur la période 2007-2010 provient du secteur financier. Au sein de ce secteur, 83% des recettes de l’ISF proviennent des SOPARFI (soit un montant de 47 millions attribuables aux activités de domiciliation). En 2011, les SOPARFI ont contribué à environ 330 millions d’euros de recettes IRC. « Concernant le secteur des private equity : LIMSA a réussi à attirer une partie de ce marché mais les Pays-Bas sont encore de très forts concurrents » déclare Carlos Schlesser. Pour les 4 dernières années, l’étude affiche une croissance de 18% concernant les clients en fonds, viennent ensuite les clients corporate (+5%) et enfin les clients privés avec (+1%). Une jolie progression dans un contexte macro-économique plutôt morose. A noter également que les employés en domiciliation se classent en cinquième position en termes d’employés dans le secteur financier luxembourgeois (après les banques, PSF, assurances, sociétés de gestion). Conclusion – On termine avec des perspectives pour les 12 prochains mois plutôt réjouissantes. Sur le panel des 21 membres de LIMSA qui ont répondu présents pour participer à cette enquête, 53% se montrent optimistes et pensent que la situation financière s’est améliorée au cours des derniers mois. L’introduction de la directive sur les gestionnaires de fonds alternatifs (AIFMD) est citée comme principal vecteur de croissance attendu. L’impact de l’évolution réglementaire au Luxembourg a été ressenti par 41 % comme positive. Une augmentation du personnel est attendue par 59% des panélistes.